Faculté de musique

Accueil → À propos de la Faculté → Équipe de la Faculté → Corps enseignant → Marie-Hélène Benoit-Otis

buffer

Marie-Hélène Benoit-Otis
Professeure agrégée
Enseignement de la musicologie

Administratrice exerçant les fonctions de secrétaire de faculté

Responsable du programme de musicologie et de Musiques, histoire et sociétés
Bureau : B-740
Tél. : 514 343-2173
marie-helene.benoit-otis@umontreal.ca


Marie-Hélène Benoit-Otis est professeure agrégée à la Faculté de musique depuis juin 2018, après y avoir été professeure adjointe de janvier 2013 à mai 2018.


Titulaire depuis 2010 d’un doctorat en musicologie de l’Université de Montréal et de la Freie Universität Berlin, ainsi que d’un diplôme de troisième cycle en études allemandes du Centre canadien d’études allemandes et européennes (CCEAE), elle a effectué de janvier 2011 à décembre 2012 un stage de recherche postdoctorale en musicologie à University of North Carolina at Chapel Hill. En 2015-2016, elle effectué un séjour de recherche en Allemagne (Hochschule Magdeburg-Stendal et Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg) grâce à un fellowship de la Fondation Alexander von Humboldt.

Actuellement chercheuse associée au CCEAE, elle est membre de l’équipe Musique française de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM) et du comité scientifique des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique.


À la Faculté de musique, elle est responsable du cours de Méthodologie en musique, pour lequel elle a rédigé un manuel pédagogique avec la collaboration de Marie-Pier Leduc (Lire, écouter, écrire : Initiation à la recherche en musique à partir des méthodes des sciences humaines, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018). Elle enseigne par ailleurs l’esthétique musicale, l’historiographie musicale et différents séminaires portant notamment sur les liens entre musique et politique. Ses réalisations dans le domaine de l’enseignement lui ont valu en 2018 un Prix d’excellence en enseignement aux professeurs de l’Université de Montréal.


En tant que chercheuse, elle s’intéresse à un vaste éventail de sujets reliés à la musique des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, parmi lesquels les opéras de Mozart, Wagner et le wagnérisme, les écrits de compositeurs, la mise en scène lyrique et la musique française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ses travaux actuels explorent les relations entre musique et politique, plus particulièrement sous le Troisième Reich et pendant la période d’après-guerre.

Son livre Ernest Chausson, Le Roi Arthus et l’opéra wagnérien en France (Francfort, Peter Lang, 2012) a obtenu en 2012-2013 le Prix Opus du Conseil québécois de la musique dans la catégorie « livre de l’année ». Parmi ses publications, on compte également les collectifs Écrits de compositeurs : Une autorité en questions (coédité avec Michel Duchesneau et Valérie Dufour, Paris, Vrin, 2013) et Chanter, rire et résister à Ravensbrück : Autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux Enfers (coédité avec Philippe Despoix, Djemaa Maazouzi et Cécile Quesney, Paris, Seuil, 2018), ainsi qu’une vingtaine d’articles dont trois lui ont valu des prix (Thurnauer Preis für Musiktheaterwissenschaft / Prix de Thurnau pour l’étude du théâtre musical de l’Université de Bayreuth, 2011; Prix Opus dans la catégorie « article de l’année », 2006-2007 et 2011-2012).

Également active en tant que traductrice (de l’anglais et surtout de l’allemand vers le français), elle a notamment réalisé une traduction annotée des Fondements de l’histoire de la musique de Carl Dahlhaus (Arles/Paris, Actes Sud/Cité de la musique, 2013) et une nouvelle traduction française des écrits antisémites de Wagner (dans Jean-Jacques Nattiez, Wagner antisémite, Paris, Christian Bourgois, 2015).

Elle a présenté de nombreuses conférences en français, en anglais et en allemand à travers l’Europe et l’Amérique du Nord, notamment dans le cadre de congrès nationaux et internationaux comme la Biennial International Conference on Nineteenth-Century Music (2010, 2012), le congrès annuel de l’American Musicological Society (2010, 2012, 2017), la Gesellschaft für Musikforschung (2015) et l’International Musicological Society (2007, 2012).

Pour une liste de publications et communications plus complète, cliquer ici.

Avec une équipe interdisciplinaire d’auxiliaires de recherche, elle prépare actuellement une banque de données et une publication collective sur la récupération de Mozart dans la propagande culturelle nazie en Autriche annexée, projet mené grâce au soutien du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQ-SC) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). La monographie Mozart 1941 : La Semaine Mozart du Reich allemand et ses invités français qu’elle cosigne avec Cécile Quesney est à paraître aux Presses universitaires de Rennes.

buffer

calendrier

images